green_fr (green_fr) wrote,
green_fr
green_fr

632585

Je lis toujours « …la reine Loanna » de Eco – très intéressant.
Au début j’avais l’impression qu’il me manque de la culture générale, autant il y a des références qu’on peut voir mais on comprend toujours pas (« La plupart des choses ne disent rien à personne, mais pour vous c’est toute une couche de votre vie, de votre enfance. Rosebud. » - Va comprendre de quoi il parle ! (La citation n’est pas exacte, je suis trop paresseux de la chercher)).
Mais après 50 premières pages – ça va. Apparemment il fait ça exprès pour répugner des lecteurs pas suffisamment motivés.

Lui aussi mentionne la chansonne « 15 hommes sur un coffre d’un mort – yo-ho-ho – et une bouteille du rhum ». S’il l’a chanté en italien, et c’est traduit sans commentaires en français, la chansonne devait exister dans l’original et pas inventée par le traducteur russe. Marrant. Et le motif, il est le même qu’un version russe ? Est-ce que c’est traduit en hébreu, etc. ?

Ou prendre le cri de guerre (? – comme « Zig – Heil ! » en allemand) italien « ala ala elele » (Cavanna en avait rigolé, lui aussi) – comment ça se chante ? Il faut trouver un mp3.

Je ne me souviens plus dans quel magazine français j’ai lu « …économiste russe Dmitrievitch Kondratiev… ».

J’ai commencé regarder les émissions de Lotman sur la culture russe de XVIII – XIX siècles, en révisant tout de suite avec son livre de même nom. Très accrochant.
Comme anecdote : il mentionne le traducteur des fables de Krylov en français. Pas La Fontaine.
Ou un autre : un homme de noblesse cherche une femme intelligente. On lui montre une en expliquant que « elle sait lire et écrire, et si maman insiste, peut lire des livres ». Ah, belle époque…

J’ai reçu le DVD « Le crime était presque parfait » de ma collection Hitchcock et j’apprends que l’héro principal s’appelle Toni Wendis. Ca alors ! Le film soviétique de mon enfance « La faute de Toni Wendis » est basé sur la même pièce de théâtre ! Il faut que je le trouve, parce que à part le nom je ne me souviens de rien.

A la cantine j’ai pris la roussette (1. Grande chauve-souris frugivore au pelage roux. 2. Petit requin inoffensif des eaux littorales. © Larousse), pas superbe. Je l’ai mangé quand même, et là un de mes collègues arrive avec le même plat. Il goût un peu, fait une grimace et demande si quelqu’un d’autre s’est fait avoir avec ça ? Oui, dis-je, et c’est vraiment dégelasse. Il regarde mon assiette, toute vide…
Un autre collègue raconte ce qu’il faisait avec des plats qu’il ne voulait pas. Son père lui interdisait de quitter la table avant qu’il ne finisse manger, donc il mettait le morceau dans la bouche, prenait un verre d’eau – plup – c’est parti !
Et là, j’ai raconté nos petits déjeunes à l’université, quand on faisait cuire le patates et – faute d’argent et de la créativité – on les mangeait secs, sans sauce, sans rien. Avec du thé – plup – c’est parti. Horrible – sont impressionnés mes collègues – et la viande (ou qu’est-ce que vous aviez pour accompagner les patates) était aussi sans sauce ?!
Ma belle-mère a raison, je parle trop. Surtout à table…

Aujourd’hui j’était réveillé par une chansonne merveilleuse. Je l’écoute, est vers la fin j’essai de retenir quelques paroles pour retrouver ce que c’était, mais c’est vraiment la fin, et je n’ai que deux dernières frases « When she passes » et « She doesn’t see ». Impossible, me dis-je, il y a des centaines des chansonnes avec des paroles aussi banales. Mais google la trouve sur la première ligne des réponses (corr. : google a trouvée une autre chansonne qui se fini pareille, on m’a déjà donnée la bonne).
Ca me fait penser à mon étonnement à l’école, quand j’ai appris comment marche antivirus. Il cherche des signatures des 6-7 octets qui identifient le code de virus. Même à l’échelle de l’époque (disquette de 360Ko, disque dur de 10Mo) c’était trop peu. Et si j’écris par hasard c’est 6 octets ?! Et non, 2E14, 1 fois pour 100Go du bruit blanche.
Avec la chansonne ça doit être pareille. Il y a beaucoup plus que 256 mot dans le dictionnaire, mais les règles de la langue sont strictes, se qui compense un peu.
Subscribe

  • Михаил Сегал

    Посмотрел недавно (спасибо, Самуил!) фильм Рассказы и сразу влюбился в режиссёра. Вот бывает такое (у меня буквально пару раз в жизни бывало), когда…

  • Black mirror

    На France Culture когда-то рассказали про очередной сериал (предыдущий мой улов там был  Le bureau des légendes). По описанию настолько захотелось…

  • Инверсия добра и зла

    Писал про «Инферно», упустил интересный момент. Там сюжет крайне актуальный: злодей пытается заразить всю планету неведомым науке вирусом. Мотивация…

  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your reply will be screened

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 1 comment